Etre papa de jumeaux. 22 mois après, toujours vivant, sisi, je te jure.

Par défaut

Comme promis, après Les quelques trucs que j’aurais aimé que l’on me dise avant de devenir Papa de jumeaux voici un petit retour d’expérience suite à ces derniers mois en apnée, avec ma grande et mes 2 bébés.

On ne va pas se mentir internette : avoir des enfants n’est pas toujours un parcours de santé. En avoir trois encore moins et une petite paire de jumeaux en prime peut parfois être synonyme de raz-de marée émotionnel. Mais haut les coeurs, il y a toujours moyen de sortir la tête de l’eau !

Donc oui, j’avoue avoir été débordé ces derniers mois… débordé et même en panique.

Comme ma femme le dit souvent :

« Le premier enfant chamboule ton coeur, le deuxième chamboule ta vie. »

Rosalie G. sexy-mama-poétesse

Tous ces bouleversements sont une usine à émotions de toutes sortes. Le manque de sommeil, cumulé aux pleurs et à toute la logistique qu’une famille, subitement étendue, provoque donne le tournis.

Je me suis toujours senti Tony Danza dans l’âme, j’aime prendre soin des gens qui m’entourent et j’aimais d’emblée les enfants. Mais il faut bien avouer qu’il est parfois difficile de relativiser le rouleau compresseur qui nous tombe sur la tête.

Quand l’effervescence du quotidien est passée et qu’il faut en plus faire face à la pression du boulot; ne pas tomber dans le négativisme peut parfois être une épreuve.

J’ai la chance d’être avec quelqu’un d’extrêmement positive. Rosalie ne se laisse quasiment jamais abattre, elle met un point d’honneur à ne jamais voir le verre à moitié vide et grâce à elle j’apprends petit à petit à ne plus râler à chaque bouffée d’air inspirée.

En réfléchissant à cette traversée que nous venons de faire (parce que je te rassure, oui, après ça va mieux) j’ai élaboré une théorie en forme de métaphore que je m’apprête à exposer sous tes yeux ébahis.

La vie est une traversée en radeau

Oui, ok ça peut paraître simpliste mais attend juste une petite seconde, je t’explique et si c’est toujours aussi naze pour toi après mes arguments tu auras le droit de me troller dans les commentaires.

La vie, la vraie

Nous sommes tous des naufragés

Nous sommes au départ seuls sur notre petit bidule flottant et on s’ennuie à mourir.

Nous croisons parfois d’autres radeaux et faisons un bout de route avec eux. Il deviennent parfois des potes. Nous partons faire des virées dans les vagues ou des soirées bitures à l’eau de mer. Parfois ces autres naufragés partent vers un autre horizon, et certains restent toujours à portée de rame (pour les plus chanceux, tout le monde n’a pas la chance d’avoir une rame).

Puis un beau jour, nous croisons une autre personne perdue mais spéciale. Tellement spéciale que nous décidons d’un commun accord d’emménager sur le même radeau, de chavirer dans le même sens.

Au départ c’est l’euphorie, avoir un compagnon d’infortune rend la vie tellement plus belle. Tout va bien jusqu’au jour ou un (voire des) petits naufragés viennent squatter à leur tour le rafiot.

Ils peuvent arriver dessus par « accident » (lors d’un glissement sur une plaque de semence par exemple), être désirés très fort ou encore être le résultat de recherches désespérés de la part du gentil couple de naufragés.

Toujours pas de terre en vue

Il va de soi qu’à ce moment là, personne n’a le mode d’emploi. Et à ce jour nous n’avons toujours pas de terre en vue… Non seulement nous sommes perdus en mer mais en plus nous nous retrouvons soudainement responsables de petits trucs totalement démunis. Il y a de quoi paniquer là, non ?

En plus il faut dire qu’au départ on ne les connaît pas ces petits squatteurs, on ne sait pas trop ce qu’ils ont en tête et si ils vont être cools ou relous sur le long terme. C’est un peu le syndrome du nouveau qui arrive en cours d’année, tout le monde le dévisage et attend de voir si l’on peut être pote avec lui.

Et après ?

Et hop, c’est là où la métaphore a du bon : je pense que ce qui fait un bon voyage ce n’est pas la destination mais bien la traversée. Et le jour où ces petits trucs bruyants et gémissants arriveront à l’âge de se fabriquer leur propre radeau, ils se souviendront de ces années de traversée à nos côtés.

Ces souvenirs leurs donneront envie de rester à portée de rame ou au contraire de se tirer à toute vitesse à l’autre bout de l’océan. Ils se souviendront également de tous ces petits moments de joie et de malheur. Ces souvenirs guideront également la manière dont ils se comporteront à leur tour. Que nous le voulions ou non, nous leurs servons de guide et de modèle.

Et oui, tu vas me dire que c’est une responsabilité en plus de toute cette foutue logistique, mais ce qui est cool à la longue c’est que ça finit par payer.

Etre à l’écoute de ces compagnons est vraiment la clé pour avoir le rafiot le plus cool des 7 mers.

Les bonnes nouvelles

Les jumeaux en action

Trêve de métaphore de bas étages. Je t’avais promis un petit bilan, le voici en bref :

Ce qui a changé de leur côté

  • Le coté logistique est de moins en moins lourd. Depuis qu’ils marchent, le fait de ne plus avoir à les porter partout est une bouffée d’oxygène.
  • Les voir jouer ensemble est devenu une activité à temps plein. C’est fascinant de les voir grandir chaque jour et développer leur complicité (ou parfois leurs antagonismes, ça c’est très fun aussi !)
  • Non, les nuits complètes ne sont toujours pas au rendez-vous… Mais il y a du progrès et nous avons pris le plis ( enfin plus ou moins :))
  • Nous sommes de véritables potes. Je passe de plus en plus de temps avec chacun d’eux indépendamment et ça fait un bien fou ! Lorsque l’on a deux enfants face à soi, il est parfois difficile de développer une complicité. Le fait qu’ils soient plus autonomes nous permet de développer des liens privilégiés.

Ce qui a changé de mon côté

  • J’apprend à me focaliser sur l’essentiel. Et oui, c’est parfois cruel mais avec un emploi du temps qui a fondu à toute vitesse je me rends compte à quel point j’avais tout le temps du monde avant eux. Donc tout ce qui est annexe à ma famille et mes projets personnels, c’est exit.
  • Et à me focaliser sur ce qui me rend heureux. Pour garder une attitude positive il faut faire des choses qui nous épanouissent. Je suis donc dans un process de supprimer toutes les activités qui ne me rendent pas réellement heureux. La clé du bonheur familial n’est pas dans le compte en banque mais dans la bonne humeur générale. Et cela passe forcément par ne pas travailler comme un zombie.

Et oui, il y a une vie après les premiers mois. Et ça ne fait que commencer !

Voilà, j’espère que ma petite histoire t’a plu. En tous cas, n’hésites pas à me parler de ta traversée dans les commentaires ou par mail. Tu peux tout me dire tu sais 🙂

En attendant je te souhaite plein de trucs cools et je te fais des bisous.


P.S : promis je donnerai des nouvelles plus souvent. Si tu veux encore plus de mes news je publie tous les soirs un portrait de mon incroyable femme et c’est sur facebook ou instagram

P.P.S : l’image en haut est une adaptation très libre du Radeau de la Méduse par Pierre-adrien SOLLIER

14 réflexions au sujet de « Etre papa de jumeaux. 22 mois après, toujours vivant, sisi, je te jure. »

  1. Simone Gisserot

    Ton nouvel article « 22 mois après » : J’ADORE!!! Je sais, c’est un peu nul comme appreciation vu que je le dis chaque fois mais c’est ce qui me vient spontanément pour exprimer tout ce qui se bouscule dans ma tête chaque fois que je te lis toi ou Rosalie… c’est riche sous bien des aspects, à commencer par le ton : drôle, inovant, agréable, cool pour sûr… engageant, encourageant… Les sentiments que ça soulèvent grâce à ta spontanéité, sincérité, amour… le regard sur la vie : ouverture, invitation à la découverte de l’Autre, légèreté et sérieux mêlés (de quoi s’inviter à faire un retour sur soi..). La fantaisie ravissante comme dans un conte… Bref séduction assurée pour « tes articles ». J’ai trop envie de dire que je suis FAN de toi autant dans tes rôles d’époux et de papa que celle de fils et bien d’autres que tu ignores peut-être sur cette planète… BRAVO*♥*

  2. Christy

    Bref si je comprends bien tu commences à t’épanouir! Hé oui les enfants ça chamboule tout : tiens je n’ai même plus le temps de lire un bouquin au wc, au lit c’est pire je roupille tout de suite; ma part de gâteau je la partage , ma vie aussi ! Mais c’est si enrichissant tout ça quand même !!! J’adhère totalement à tes écrits! 👏👏👏👏👏
    Cricri

    • Jérémie

      Hahaha, et oui. C’est vrai et en plus j’ai toujours eu un souci avec le fait de partager la nourriture… Mais je me soigne 🙂
      Merci et bisous !

  3. Manu

    Salut juste merci pour ce partage d expérience ça me fait le plus grand bien j’en suis qu’à 3 mois effectivement beaucoup d’émotions parfois contradictoires et difficiles à gérer …. ton histoire me donne l’espoir de continuer à ramer et dans le bon sens 🙂

    • Jérémie

      Oui les 3 premiers mois sont très durs. Ne t’en fais pas, même si la suite n’est pas une petite balade tranquille la difficulté des premiers jours laisse la place aux rires et aux jeux 🙂

  4. Rican

    Fascinant de réalité !! Père de jumelles de quatre ans je lis ce récit comme un souvenir qui m’attendrit !! Et les années qui viennent après ces 22 mois sont tout simplement magiques, paroles de papa !! 😉😉

    • Jérémie

      Oui, ces derniers jours ils font des choses vraiment magiques, çà laisse présager du gros kiff.
      Merci pour ton retour, ça fait bien plaisir.

  5. Je découvre ton blog grâce à ce billet. Et je crois que chaque parent peut s’y identifier. Mes jumeaux ont 3 ans et demi et nous nous émerveillons chaque jour (ou presque parce que ya des jours faut pas deconner, ils sont vraiment casse pied !!) de leur complicité, de leur épanouissement, de la manière dont ils grandissent l’un et l’autre. Cest qd meme une aventure incroyable la gémellité !
    Et je te rejoins tout à fait dans le raz de marée. Ici on appelle ça même un tsunami ! Parce qu’on avait déjà deux petits mecs avant ! Hate de lire les autres billets de ton blog

    • Jérémie

      Waou, 4 petits mecs, vous avez été gâtés !
      Effectivement nous parlons souvent d’aventure, la gémellité bouscule tout ! C’est une aventure parfois difficile mais surtout fascinante à vivre. Merci pour tes commentaires, il est toujours rassurant de lire des parents qui sont « en avance » par rapport à nous et qui n’ont pas perdu leur enthousiasme 🙂

  6. Big Sis LN

    Un blog où les lecteurs laissent des commentaires, génial ! Je croyais que ça se trouvait plus que dans les musées 😉
    J’adore la parodie Playmobil du radeau de la Méduse (mais où vas-tu chercher tout ça…).
    Je peux pas dire que je connais complètement votre traversée, j’ai eu les 5 miens un par un, mais très rapprochés ça compte?
    Par contre, fière du petit frère devenu super Daddy et j’ai hâte de venir en rattrapage de ta Life tout bientôt (il est où mon avion déjà?) parce que ta petite grande famille elle est top et tu en fais chaque jour un « trip » encore plus magique <3

    • Jérémie

      Oui c’est fou toutes ces personnes qui prennent le temps de lire, puis de commenter !
      Ca redonne foi en l’internette 🙂
      Oui tu n’as pas eu de jumeaux mais 5 aussi rapprochés je me suis toujours demandé comment tu avais fait !
      Vivement que tu viennes nous raconter tout ça de vive-voix…

  7. Mimi

    Salut ! Merci pour ce témoignage. En gros j’ai compris que amour et force sont le leitmotiv.
    Bon moi je n’en suis qu’à la préparation. Oui, une première écho nous annonce 2 bébés pour novembre !
    Ce qui est surprenant c’est que, je ne sais pourquoi mais je disais tout le temps à ma chérie que je voulais des jumeaux !

Laisser un commentaire