Les quelques trucs que j’aurais aimé que l’on me dise avant de devenir Papa de jumeaux

Par défaut

Après avoir eu ma première princesse et avoir eu le temps de méditer sur les 3 trucs que j’aurais aimé que l’on me dise avant de devenir Papa, un évènement de poids est arrivé dans ma vie : nous avons eu des jumeaux !

Je te le dis tout de suite, ça n’est pas une sinécure.

Pas de panique, moyennant un peu de préparation il est tout à fait possible de s’en sortir sans (trop) de bobos.

Phase 1 : Il est normal de paniquer…

Notre première réaction lors de l’échographie nous annonçant la nouvelle fut de paniquer. Ma Roze a littéralement fondu en larmes et je me suis enfoncé dans un silence de plomb, comme tout homme qui ne sait pas trop quoi penser ni dire.

Bon, on s’y attendait un peu, après tout ils sont issus d’une FIV mes grumeaux. Et vu que le doc a demandé deux embryons sous nos yeux ébahis sans trop nous consulter, nous avons passé les semaines d’avant écho à se poser les pires questions du monde.

Phase 2 : …mais se ressaisir tu dois !

Il faut savoir rebondir de la phase « mon dieu qu’est-ce qui m’arrive », « pourquoi moi », ou encore « je quitte tout pour partir en Patagonie élever des chèvres ».

Après tout deux enfants c’est aussi deux fois plus de fun. Et puis en y réfléchissant, surtout pour des personnes qui ont du mal à avoir des enfants comme nous, il serait criminel de voir ça comme une malédiction.

Donc après cette phase de panique ultime, j’ai préféré opter pour la phase du « tout ceci va être deux fois plus marrant ». Dans la vie tout est une question de point de vue et s’il y a un truc que ma femme m’a appris et m’apprend chaque jour c’est de voir le positif dans chaque situation.

Cette gymnastique d’esprit n’est pas toujours évidente, surtout pour quelqu’un qui aime tant râler comme moi. Mais j’en suis sûr, dans cette situation plus que dans toutes les autres ça m’a permis de m’en sortir avec le sourire.

Du coup je me suis dit :

Tu te laisse quelques heures pour avaler, quelques jours pour digérer, et tu sors ta panoplie happy face.

De toutes façons, on n’est pas des chochottes nous monsieur, pas question d’avoir les foies

Phase 3 : Get ready for this

On ne va pas se mentir, deux à la fois c’est du gros kiff mais c’est aussi du gros taff. Et notre taff à nous, les papas, c’est de gérer.

Gérer la grossesse

Et ça commence dès la grossesse, d’autant plus pour une grossesse non gémellaire.

Sur sa première grossesse ma Roze était ravie. Sentir un être grandir en elle, avoir une belle peau, jouir d’une aura exceptionnelle… J’en venais presque à être jaloux (oui, carrément jaloux même). Mais là, elle faisait beaucoup moins la fière. Elle qui d’habitude a un moral et une résistance à la douleur faisant passer Xena pour une pompomgirl de bas étages a rapidement été K.O.

Et oui, porter deux trolls à la fois ça n’est pas pour les chochottes.

Et moi, le seul job que je pouvais gérer était de faire en sorte de tout prendre en charge, l’intendance et le moral des troupes. Donc pas question de se laisser aller.

Oui mec, c’ est vital et tu n’as pas le choix, poker face et on y va coûte que coûte.

Libère-toi un peu de temps pour toi

Non, pas pour boire des bières et jouer à la PS4 mais plutôt pour préparer ton corps à ce qui t’attend. Quand j’ai appris que mes jumeaux allaient sonner à la porte j’étais déjà en train de me mettre au sport. Ma 20aine sédentaire avait eu raison de toute la tonicité de mes petits muscles et il devenait vital de reprendre tout ça en main (surtout après la couvade faite durant la première grossesse de ma femme).

Il est impératif de faire de l’exercice pour faire le vide, pour préparer son corps à porter 2 bébés à la fois, porter les 4 packs d’eau dans les escaliers tout en gardant sa tête de Tony Danza sans sourciller.

L’arrivée

C’est là que ça devient vraiment cool. Passée la phase stress je me suis rendu compte à quel point tout ce business nous menait quelque part. Quand je les ai vu tous les deux côte à côte dans leur couveuse, collés l’un contre l’autre, j’ai réalisé à quel point tout le reste était accessoire. Ils n’ont rien demandé eux, ils auraient très bien pu arriver un par un, tranquillement et être bien plus gros, avoir eu bien plus de place dans le ventre de leur môman et bien plus de temps pour préparer leur arrivée.

Ils avaient donc encore plus besoin de moi, tout en ayant tellement besoin l’un de l’autre.

Et puis il faut le dire, la maman était K.O, donc pas question de se reposer sur elle.

Les 3 premiers mois

Pareil, je ne vais pas te mentir internette, les 3 premiers mois nous n’avons plus eu de vie. Vraiment. il vaut mieux le savoir à l’avance, ça permet d’anticiper un minimum. Je déteste les gens qui ont eu des jumeaux, qui te font de grands sourires en te disant « Oh, c’est un peu dur » et qui disent aux autres derrière ton dos que tu vas galérer.

Nous avions 1 bibi par bébé à donner toutes les 3 heures qu’ils mettaient 1h30 à manger… Et il fallait gérer la grande de 2 ans et demi en même temps.

C’est bien hard mais on s’en sort. Et une fois que c’est passé on est bien content de s’en être sortis.

La nécessité d’être une team

Dans ce genre de moment les couples sont soumis à rude épreuve.

Le manque de sommeil, les pleurs et l’absence de vie sociale peut être un cocktail terrible pour un couple. Le plus important est de se dire que l’on est une team. Chacun doit pouvoir compter sur l’autre.

Je suis un dormeur, un vrai. Si je n’ai pas mes 7(bon ok 12) heures de sommeil je suis ailleurs, et je peux être un vrai connard quand je suis fatigué. Mais je le sais, je travaille dessus. A chaque coup de barre je me rappelle toujours que ma femme est dans la même situation, elle n’est pas l’ennemi, elle est ma partenaire.

Ton enfant n’est pas ton ennemi

Je le répète, ils n’on rien demandé et ils ont tout à découvrir. Je suis persuadé que les enfants sont incapables d’être vicieux (jusqu’à un certain âge, mais je n’ai pas encore trouvé lequel).

Quand je suis épuisé et qu’il faut changer une couche à 4h du mat’, après avoir été réveillé déjà 2 fois dans la nuit… je respire et me rappelle ce truc :

Il n’a pas demandé à être là, il a peur, il a froid et il a besoin de moi !

J’ai trouvé cette astuce sur le tard et ça ne marche pas à tout les coup. Mais ça aide dans bien des cas.

Quelques conseils :

  • Si vous pouvez dormez quand vos bébés dorment
  • Entourez-vous au maximum, dans ces moments il faut pouvoir déconner avec des gens et se changer les idées
  • Préparez des provisions et des plats simples et rapides à cuisiner, faites vous livrer à domicile
  • Faites un stock de séries courtes à regarder

6 mois, 240 couches par mois et presque autant de sourires

Une fois les 3 premiers mois passés, on récupère un peu de temps. Les biberons s’espacent et les petits commencent à montrer leurs caractères, faire des sourires et vous faire craquer.

J’adore cette phase où l’on découvre qui sont réellement nos enfants. A la naissance, on découvre leurs visages mais dans ces périodes on a l’impression de les rencontrer.

Quand on est papa il est parfois difficile de trouver sa place, de savoir comment être aussi inoubliable que la maman (du moins essayer au max, une maman c’est tellement de concurrence…).

J’ai trouvé cette petite astuce pour joindre l’utile à l’agréable. Il faut changer des couches, beaucoup de couches, vraiment, vraiment beaucoup de couches. Au lieu d’en faire une corvée j’ai très vite trouvé que d’en faire un moment « tête à tête » non pas avec du caca mais avec mes bébés rendait la chose tellement plus cool pour moi comme pour le nain !

Vraiment, passer du temps avec ses petits peut aussi devenir un truc très cool.

10 mois, des années lumières de sommeil en retard mais même pas mal

Au bout d’un moment on fini par se faire au manque de sommeil. Je pense que nous avons pris quelques années dans la tronche ma femme et moi mais si c’était à refaire je re-signerais volontiers. Aujourd’hui mon petit Angus marche déjà et Callie me fait des sourires de starlette et passe ses journées à nous parler.

Il jouent tous les deux pendant des heures et leur grande soeur passe son temps à leur apprendre des choses. Tous ces moments passent si vite que j’ai peur d’en rater une miette même en travaillant à la maison.

Il faut le dire :

Oui, c’est dur mais c’est une aventure extraordinaire !

Et quand je les vois tous les trois jouer ensemble, je me dis que mes cernes peuvent bien se creuser encore un peu, pourvu que l’on me laisse encore les admirer.

Et après ?

L’avenir nous le dira, nous avons déjà trouvé un bon roulement, nous formons une team efficace. Je ne manquerai pas de mettre cet article à jour au fur et à mesure.

Et toi internette ?

Si toi aussi tu es papa de jumeaux et que tu as des trucs à partager n’hésites pas, je me ferai un plaisir de te laisser le micro le temps d’un article invité.

Good night and good luck.

31 réflexions au sujet de « Les quelques trucs que j’aurais aimé que l’on me dise avant de devenir Papa de jumeaux »

  1. Simone Gisserot

    Quelle surprise agréable, mon Filston! Je viens de découvrir ton blog et j’adore!!!
    C’est super pour moi de découvrir tes ressentis sur les thèmes si importants que tu as déjà abordés : même si je les ai déjà partagés avec toi, çà me fait vraiment plaisir de te lire en mode blog.
    J’en profite pour te dire que tu es un des hommes les plus merveilleux que je connaisse en tant que fils, mari et papa : bravo pour ce blog que je vais suivre avec une fierté de maman…. mais çà, tu t’en doutais bien…
    Ta t.m.<3

  2. Desenfans

    J adore cet article ! Maman de jumelles je me suis retrouvée dans ce témoignage ! On se dit qu on est pas seuls lol c est tellement magique et épuisant a la fois comme expérience ! Moi je me dis souvent que ça nous arrive c est que on a les épaules pour ! Une team c est le mot que je retiendrai de cet article ! Bonne continuation

    • Jérémie

      Merci ! Effectivement je pense qu’il faut le épaules, mais elles se forgent d’elles-même donc avec le recul il n’y avait pas de quoi paniquer. La preuve, avant de devenir papa tous les enfants me semblaient lourds à porter, je me demandais comment les autres darons faisaient pour marcher des kilomètres avec leur enfant dans les bras. Depuis ma grande de 3 ans a bien poussé et je suis capable de me balader avec elle plus un jumeau dans les bras sans sourciller. Donc si l’on a pas d’épaules pas de panique, elle finiront bien par pousser ^^

  3. Eliane

    Bravo pour cet article qui décrit si bien nos vies, nos jumeaux (enfant n°3 et 4) auront 2 ans dans quelques jours. Quand je repense au début, mon dieu la galère 🙂
    Les biberons toutes les 3 heures, misère on a morflé, heureusement que ma soeur était là; quand j’y pense ça me fait bien marrer; les 3 premiers mois, on les a vécu dans le canapé du salon avec les petits dans les transats, on a maté toutes les séries possibles et imaginables.
    Eliane

    • Jérémie

      Merci Eliane, oui effectivement quand on repense à ces premiers jours/semaines/mois c’est un peu comme avoir vécu dans une caverne. Une caverne de bisounours, certes, mais c’est une sensation étrange.

  4. Julian

    Salut,
    Sympa de voir qu’on est pas seul. Les miens, garçon et fille ont juste trois mois. Pour le moment on s’en sort bien. On se dit que ce n.est pas si terrible. Ils commencent a dormir cinq ou six heures d’affilée et l’interaction devient de plus en plus intéressante. Et puis nous avons des grands parents à cinq minutes donc bien entourés. J’ai aussi la sensation d’etre en team avec ma nana. C’est super important, car dès la tension ressentie, on se pose et on cause. Comme toi, je bosse a la maison ce qui est pratique pour voir mes petits monstres grandir. Ce sont nos premiers alors je profites du spectacle. Mais j’ai parfois du mal a travailler et a me concentrer car j’ai envie de participer. En tous cas c’est une experience incroyable et je dois dire que la panique m’a poursuivi une bonne partie de la grossesse. Aujourd’hui je me sens serein avec mes amours… Et heureux de ma petite famille. À plus !

    • Jérémie

      Hello, garçon/fille c’est vraiment du kiff, félicitations ! 3 mois c’est encore tout neuf mais j’imagine que tu dois déjà avoir l’impression qu’il ont toujours été là. Effectivement le boulot à la maison n’est pas toujours évident à gérer mais je suis ravi de le vivre. Quand on peut se le permettre ça vaut vraiment le coup de ne pas être le papa absent. Tu travailles dans quel domaine ? Bisous à la famille !

      • Julian

        Héhé ! Merci.
        J’ai toujours du mal à croire que ces sont les miens, dans le sens où c’est vraiment extraordinaire. Je crois qu’il faut le vivre pour savoir. Je m’étais pourtant préparé à ce qui allait se passer, mais on se fait surprendre car, finalement, rien n’arrive comme on pensait. Et tant mieux ! Ils sont à croquer (un peu trop, faut que je fasse attention à ne pas vraiment les croquer d’ailleurs, surtout les petites cuisses et les petits pieds). Pour l’instant, et c’est ce qu’on se disait ce we, ils sont vraiment cool. Ils ne pleurent finalement pas énormément (depuis quelques jours ça va mieux), sont mignons, dès qu’on les mets dans leurs lits, ça pionce ! On s’attendait tellement à un truc super méga dur, à un enfer, que finalement, on ne trouve pas cela si difficile… Bon, je me le raconte pas, c’est parfois assez dur mais on se débrouille pas mal ! Et puis, là, ils commencent à sourire pas mal avec des areuuh areuhh. Bref, c’est tout nouveau tout ça, et je dois dire que désormais, les moments simples comme faire un tour en moto, regarder un film jusqu’au bout sont un pur bonheur et deviennent des moments exceptionnels car assez rare.
        Je suis graphiste freelance dans l’édition (un peu de web de temps à autre…)
        A plus !

  5. zaragoza

    Mamans de jumeaux de 2ans je my suis bien vu . 🙂 aujourd’hui à 26 ils dorment sans réveil de 8h45 a 8h30 enfin le bout du tunnel … plein de bisous

    • Jérémie

      Wah la chance ! Je suis un peu jaloux mais c’est cool de savoir que le tunnel a un bout 🙂 Merci et pleins de bisous tout pareil !

  6. ophelie

    super article…j’ai 2 paires de jujus qui ont 20 mois de difference;les grands ont 3ans et les petits ont 16 mois mais moi aussi j’ai un super papa a la maison! C’est un boulot enorme mais aussi un bohneur enorme. bon courage pour la suite et plein de bohneur

      • Julian

        Ahh l’angoisse ! Autant une paire ça me va, autant 2… T’arrêtes de vivre ?? J’aime bien l’idée qu’on ne passe QUE notre temps à s’occuper des enfants, mais aussi de nous mêmes. J’avoue que je ne serais pas contre un petit 3e (qui sait ?) mais alors une autre paire de jumeaux, ça je crois que ça nous embêterai bien ! En tous cas, pas le choix, quand ils sont là, ils sont là ! Bravo et surtout… respect !

  7. Belloosmart

    Bonjour, tout juste enceinte de 3,5 mois de jumeaux/jumelles (?!) j’ai moi-même un enfant d’un peu plus de 2 ans. Votre article fait beaucoup de bien à lire. C’est vrai que l’annonce est un peu brutale (pas de traitement médical ni d’antécédents familiaux) mais je commence à être persuadée que c’est une expérience géniale. En tous cas merci pour votre fraîcheur et votre légèreté !

  8. Lecomte

    Bonsoir, et bien moi je suis l’heureux papa d’une fille de 6 ans et de deux pilous de 17 mois. Transition difficile à gérer entre l’enfant roi et les deux asticots qui lui tombent dessus. Ça reste encore du boulot mais entièrement d’accord sur le fait de l’adaptabilité du corps, surtout au niveau du manque de sommeil….!! C’est de la joie au quotidien et des pétages de plomb de temps à autre. Hâte de voir Germain faire ses nuits!!!:-) félicitations pour ce bel article où tous parents de jumeaux normalement constitués doivent se reconnaître en partie au moins!!

  9. Super article, ça fait plaisir de ne pas se sentir seuls et d’avoir le ressenti d’autres parents comme nous !
    Ici j’ai 3 gnomes d’un précédent mariage (13,11 et 8 ans) et les grumeaux garçon/fille de bientôt 3 ans (nés le 1er janvier 2012 xD).
    C’est l’homme qui est en congé parental et moi qui bosse, et on a trouvé un équilibre même si j’avoue que 34 mois sans une seule nuit complète ça use (les baskets..).
    Mais on est tellement content de les voir évoluer, jouer tous ensemble..surtout avec tout ce qu’ils nous racontent.. on passe d’étape en étape, les sourires, les jeux, les câlins, l’école etc,..
    Vivement la suite 😉

  10. NIco

    Super article! Papa de 2 jumeaux (garçon & fille) de presque 20 mois, je me suis complètement retrouvé! sauf peut être sur le point « prendre du temps pour soi »… perso pendant la grossesse, entre le déménagement (un petit 2 pièces au 4eme sans ascenseur pour accueillir 2 gremlins : ça le faisait pas!), le changement de voiture (vu la taille d’une poussette double, c’était indispensable), et l’acquisition de tout l’équipement en double, avec la maman clouée dans le canapé dès le 4eme mois… faire un peu de sport, ça rentrait pas dans l’emploi du temps.
    Mais après 20 mois, on regarde derrière soi et au final, outre les quelques kilos en plus (pour moi… madame n’ayant pas pris un gramme 😐 ) il ne reste que les bons moments!
    Un conseil que je donnerais peut être aux futurs papas de jumeaux : essayez de lever la tête du guidon de temps en temps pour contempler, admirer et prendre simplement le temps d’être avec eux, partager tous les petits moments du quotidien aussi intensément que possible car chaque jour est nouveau et unique. J’ai moi aussi utilisé l’astuce des couches (et je l’utilise toujours!) qui permet d’avoir quelques instants privilégiés avec un seul des deux à la fois (ce qui n’est pas toujours évident quand ils sont très jeunes)
    Ah oui, aussi : ne pas écouter les potes qui ont déjà des enfants et qui te rabâchent souvent, pendant la grossesse, avec un air mi-compatissant mi-machiavélique: « oh la la des jumeaux, mes pauvres, vous allez bien morfler!!! deja 1…. alors j’imagine meme pas 2 en meme temps!! »… le mieux est d’ignorer toutes les petites phrases un peu toxiques que l’entourage peu balancer, volontairement ou pas d’ailleurs…!
    Pour nous c’était les premiers et on se dit souvent « finalement,s’embêterait avec 1 seul ! »

    • Julian

      Salut Nico ! On ne peut plus d’accord avec toi. Sauf que j’ai eu plus de chances que toi, ma nana n’a pas été du tout alitée et a eut une grossesse en or jusqu’au bout même si elle commençait à ne plus supporter ce gros bidon. Elle a aussi récupérer sa taille de guêpe en 1 mois (je savais que c’était un bon parti). Pour le reste, je te rejoins et travaillant de la maison, je profite du temps que j’ai avec eux, et avec chacun.
      Quant aux remarques de l’entourage, c’et IM-PAR-ABLE ! J’avoue que je commençais à envoyer les gens balader lorsqu’ils nous plaignaient et penser qu’on allait morfler. J’ai moi aussi un gars/une fille de 3 mois et ils sont vraiment « cool ». Au final, on ne morfle pas tant que ça, et on se dit aussi qu’on a eut de la chance d’en avoir 2 ! Pour rien au monde, on ne reviendrait en arrière. Le seul truc qui m’angoisse toujours, c’est l’aspect financié. Notamment pour la garde (pas de crèche) qui va démarrer en mars prochain. Là ça va couter des ronds ! Mais bon, on va se débrouiller et ça ira ! 🙂

  11. nicolas

    Merci pour ce beau recit. J ai appris aujourd hui que j allais etre l heureux papa de jumeaux!!! Ma femme est a 8 semaines et je me renseigne un peu pour voir ce que cela va donner ;-). J espere que la grossesse va bien se passer et la suite on avisera ;-). En tout les cas je suis tres excité!!! Merci pour ce reconfort j’en ai pris plein les yeux rien qu a lire ce texte :-))))

    • Jérémie

      Félicitations Nicolas !
      Merci d’avoir pris le temps de me lire, je suis ravi que notre petite expérience puisse servir.
      Je prépare d’ailleurs la suite de l’article en version 20 mois pus tard 🙂
      Je vous souhaite plein de bonheur !

  12. Bérengère

    Whaou!!!
    Merci mille fois, je te découvre et il me tarde de partager tes récits avec mon mari… c’est ma première grossesse et nous attendons un garçon et une fille debut du 7eme mois tout vas bien mais la pression monte!! Merci pour la générosité avec laquelle tu écris!

    • Jérémie

      Félicitations ! Merci à toi pour ton commentaire, ça fait chaud au coeur.
      Profitez bien de ces moments qui passent si vite !
      Bisous à la petite famille !

  13. Yann

    Super article et très vrai. Mes deux filles n’ont pas encore 3 mois et je partage totalement ton avis sur la complicité qui se créée avec les enfants (et le manque de sommeil aussi…). Etre père de jumeaux, c’est être très proche de ses enfants immédiatement (pas le choix en même temps!). Bravo pour ton blog!

  14. Julie

    Merci pour ce témoignage! Mon homme et moi avions besoin de lire cela! Je suis enceinte de 5 mois de deux ptit gars et nous avons déjà un ptit loustik de 4 ans.
    L’annonce d’une grossesse gémellaire nous a fait un choc, surtout à mon homme qui stressait beaucoup (et encore auj).
    J’espère que cet article lui a fait autant d’effet qu’à moi! D’ailleurs c’est lui qui ma filé le lien…

    J’espère te lire encore! Et merci pour ce partage!!

Laisser un commentaire